09 mai, 2007

La fois où j'ai failli...

être élu président.

En 1988, je n'étais pas né j'étais à l'école primaire. C'est sans doute la seule année de ma vie où j'ai eu des cours d'éducation civique. Au collège, même si j'ai eu des profs officiellement chargés d'enseigner cette matière, je regardais des documentaires sur les Aztèques ou calculais le rapport entre la température et l'altitude... je n'ai jamais trop compris la pertinence du programme; parce que, bien sûr, ils respectaient le programme, mes profs, non? Quoi? On aurait abusé de ma naïveté d'enfant! Eh dites! il ne faut pas s'étonner de la montée des incivilités chez les jeunes de ma génération : on nous apprenait qu'un comportement civique, c'était arracher le coeur de nos petits camarades!

Mais il se trouve qu'en 1988, mon instit a choisi de ne pas ignorer les élections présidentielles et nous a lancés dans une campagne présidentielle acharnée. Je ne sais pas trop comment, mais je me suis retrouvé le candidat officiel d'une faction de la classe. Mon équipe et moi avons dessiné des drapeaux (avec le mât à droite, parce que je fais tout à l'envers), établi un programme, rédigé des discours, tant et si bien que je me suis senti porté par une vague immense et tout et tout... Peut-être même qu'on avait fait des sondages. Il ne faisait aucun doute, en tout cas, que je serais présent au second tour : j'étais à la tête d'un parti de petites nanas parfaitement organisées.

Mais une fois dans l'isoloir le cagibi du fond de la classe où la maîtresse isolait les enfants pas sages (évidemment, moi, je n'ai jamais fait qu'y voter), j'ai été saisi d'un genre de scrupule chrétien (je vous disais bien que j'étais un ange!) : ma maman et mon papa m'ont toujours appris qu'il fallait penser à autrui avant de penser à soi-même. Et j'ai glissé le bulletin de mon meilleur ami - mais plus sérieux rival - dans l'enveloppe.

Il a été élu au premier tour, avec la majorité absolue... à une voix près! C'est ce jour-là que j'ai appris la frustration politique et remisé au cagibi toute morale judéo-chrétienne. Cette leçon m'a beaucoup servi par la suite (merci Mme L.)

G.

5 commentaires:

Alcib a dit…

J'appuie ta candidature pour 2012. De toute manière, tu as déjà un ministre à la maison ;o)

SamPsychote a dit…

et quel ministre!
alors comme ça déjà tu faisai tout a l'envers? que fais tu d'autre a l'envers? lol et oui quelel dévouement , masi peut etre que cette victoire fut particuliérement constructive pour lui!

incitatus a dit…

gaucher?

Les Pitous a dit…

Alcib=>pas sûr que ce soit un boulot pour moi. De toute façon, les vacances en yacht, très peu pour moi.

Sampsychote=> un formateur m'a fait remarquer que je respirais à l'envers. Quoi de plus normal pour un inverti!

Incitatus=>Non, juste inverti (cf supra)

SamPsychote a dit…

oui c'est normal il fau croire! (pour l'enigme tout est dans les deux citation en bas a droite, la premiére indique qui, la seconde quoi!)