18 octobre, 2006

Diegogol

Ça devient dur d’aller bosser, le mercredi matin, quand mon homme prend son petit-déj’ devant Bonjour Diego. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a moyen de scotcher devant ce monde où les animaux sauvages parlent tous anglais… mal, mais anglais. Je m’interroge sur l’utilité d’apprendre l’anglais à des mômes – qui vont s’empresser de croire qu’un puma ou un chinchilla (tant qu’à faire, apprenons les incontournables du règne animal) parlent en anglais – avec un accent de chiotte.


Je n’ai vu que deux morceaux d’épisodes, mais la trame narrative semble toujours la même. Diego part à la rescousse d’animaux en détresse, après avoir identifié le-dit animal à l’aide de Clic l’appareil. Clic nous gratifie alors d’un clip immonde au cours duquel il s’auto-congratule avec sa voix de casserole. Finalement il soumet trois animaux au téléspectateur. Un petit truc pour vous aider (attention Spoiler) : le bon, c’est toujours le troisième. Une fois la pauvre victime identifiée – ce matin, c’était un pauvre bébé chinchilla coincé sur une branche au-dessus d’une cascade -, Diego vous explique tout de ses particularités. Et là, je m’interroge : petit, j’aurais été mort d’angoisse en voyant Diego me demander de lui désigner les oreilles du chinchilla, plutôt que de courir le sauver… Je crois que les scénaristes, sous des dehors d’écologistes, sont en vérité de dangereux et de sadiques bourreaux des bêtes…

Diego, en tout cas, ça n’a pas l’air de le stresser des masses, car il sait qu’il peut compter sur Sac de s’cours. Deuxième clip hideux et répétitif, au terme duquel nos chères têtes blondes sont invitées à trouver le moyen le plus adéquat pour la mission du jour. « Est-ce qu’un lave-linge pourra nous aider à sauver Chincha le bébé chinchilla ? ». Un petit truc pour les aider, c’est toujours le troisième… Ah ? je vous l’ai déjà dit ? Au moins, vos marmots auront appris à compter… Bref, aujourd’hui Sac de s’cours s’est changé en deltaplane, parce qu’un sac, ça se tansforme, c’est connu. V. m’a fait remarquer que ce sauvetage est l’exact opposé de celui de Kerry dans J’emporterai ton âme où un jean suffisait à sauver des eaux l’héroïne, piégée comme un chinchilla… remarquez que ça valait le coup, parce que Chincha était tellement contente de retourner chez sa Mummy et son Daddy, qu’elle nous a offert quelques pas de la trop méconnue danse du Chinchilla…

La semaine dernière Diego était de corvée de tatou. C’était encore plus interactif, parce que le téléspectateur devait prévenir le tatou à chaque fois qu’il apercevait un redoutable loup à crinière, et lui crier : « Roll into a ball », ce qui donnait version Diego quelque chose comme : « wowinwowowoll » qui ne sont pas sans rappeler un mystérieux chef indien croisé ici.



ça a pourtant l’air mignon tout plein, un loup à crinière…







La bonne nouvelle, c’est que j’arriverai bien à suivre un épisode entier pendant mes vacances !

G.

1 commentaire:

Je bagenaude dans les paturages a dit…

Mais j'aimerais bien savoir comment Vincent peut volontairement et gratuitement regarder ce truc...