17 octobre, 2006

Sur ma route

Cela fait un moment, plus d'un an en fait, que je songe à mettre en ligne quelques photos de mon trajet quotidien. J'attendais juste la saison des a... saison des amours propice : celle où les betteraves fermentent en tas sur les champs. Et c'est maintenant. Ce parcours de campagne est un moment que je savoure, surtout maintenant que je peux brancher mon i-pod sur l'auto-radio de Brazil-Brazil. Et pourtant, ce n'est pas l'idéale Arcadie, la Picardie... Soyez indulgent avec le photographe, il a eu la flemme de s'arrêter et avoir le quart de ce que l'on vise quand on conduit est en soi un exploit (nous vous rappelons que conduire en photographiant, c'est mal-je-le-refera-pu!)
Vous vous dites que le photo est sans intérêt? C'est pas faux.
Et c'est justement ce qu'il y a de remarquable : c'est-à-dire rien.


Qu'est-ce? Ce photographe est vraiment une brêle.
A part un bout de rétro, on ne voit que dalle...

Mais ne serait-ce pas un tas de betteraves à contrejour?



Tiens, un tas de betteraves, pour changer...













Oh! un bébé muraille de Chine!





Je ne vais pas abuser de votre patience. J'espère juste que vous avez apprécié cette petite parenthèse folklorique sur les bornes kilométriques amieniennes.

G.

3 commentaires:

Madame Patate a dit…

Un bébé muraille de Chine, ha ha haaaaa :-) De l'utilité du blog pour magnifier un quotidien parfois bien déprimant ... On n'en fait pas de l'alcool, des betteraves?

fi-uuu a dit…

ca me rappelle la beauce !
et c'est pour faire du sucre ?
vive les routes glissantes :)

Les Pitous a dit…

fi-uuu : oui, c'est pour l'industrie sucrière (sinon, je crois qu'il est inutile de les laisser en tas dans le champ) et re-oui, il paraît que ça glisse. J'ai joué à Luna Park une fois sur les routes picardes, mais c'était à cause du verglas.
Pour Taphanie : pas réussi à photographier le panneau "attention betterave". Je ne l'aurai vu qu'une fois. Intense déception.