08 mars, 2007

Il est biau, mon boudin

Mes parents ont reçu le supplément gratuit de l’hebdo Le Perche, daté du 14 mars 2007 ( !)(qui a dit qu’ils étaient à la traîne, les Ornais ?), en raison de circonstances exceptionnelles. Pendant que je bloguais paisiblement, V. en a entrepris la lecture…

V : Tiens, y a Pierre Gagnaire qui parraine la foire du boudin à Mortagne au Perche.
G : ‘per chouette ! C’est qui ça, Pierre Gagnaire ?
V : Il a quand même un restau *** à Paris… Ooooh ! Y a un artisan qui fait du boudin aux pommes, mais aussi à la framboise !
G : ça doit être grobon, ça !

Ça m’a tellement mis l’eau à la bouche que je me suis lancé dans un petit impromptu en chanson :

Où c’est-y qu’j’vais en trlrouver
Du boudin aux piommeu
Où c’est-y qu’j’vais en trlrouver
Dis-moi mon bonhommeu !

Tu en trouv’rlras à Mortagne
Du boudin aux piommeu (bis)

Moi j’voudrais bien en goûter du à la frambouèseu
Moi j’voudrais bien en goûter du à la cervouèseu

Où c’est-y qu’j’vais en trlrouver
Du boudin aux piommeu (ad lib.)


Mais sans la musique, vous y perdez beaucoup…

G.

P.S. : La foire du boudin aura donc lieu à Mortagne du 17 au 19 mars, avec au programme le concours du plus gros mangeur de boudin (record à battre : 2, 190 kg en un quart d’heure), le grand jeu « combien c’est-y qu'y mesure, mon morceau de boudin ? », diverses catégories en lice (boudin traditionnel, boudin créatif salé, boudin créatif sucré…), recrutement de gendarmes et de sapeurs-pompiers…
Merci donc à la confrérie du Goûte-boudin !

7 commentaires:

shénisha a dit…

C'est pas moi qu'j'ai tout mangé
Le boudin j'vous jureu
Deux kilos pour mon gosier
Ch'est vraiment trop dureu

Didier Goux a dit…

C'est amusant, cette discussion (en tout cas pour moi), car mon Irremplaçable Épouse et moi-même avons vécu trois ans à côté de Mortagne (à Sainte-Scolasse-sur-Sarthe, précisément), de 1998 à fin 2000. Et nous allions très fréquemment en Picardie, où vivait le père de ladite Irremplaçable (un petit village pas loin de Doullens : Candas).

Mais je ne voudrais pas que mes considérations personnelles fassent tourner tout ça en eau de boudin.

(Merci pour votre petit mot de bienvenue, dans la discussion "pipi-au-lit".)

Les Pitous a dit…

Shénisha => je salue l'effort artistique; ma version était effectivement incomplète...

Didier => Candas, mais oui! La fête de la bière vaut bien celle du boudin!

Addenda : certains offrent des fleurs, d'autres des chocolats. Moi, pour entretenir la flamme de mon homme, je lui offre ce style de chansons improvisées, toujours très appréciées... Pour les mauvaises langues, ça fait 8 ans que ça dure ;)

Didier Goux a dit…

C'est toujours bien, d'avoir un homme résistant à ce genre d'épreuve...

Les Pitous a dit…

Mon V. est un ange de patience. Il en faut pour endurer certains enfants de Quartmondeville. Et pour me supporter, oui, aussi.

timy a dit…

Non de diou, ca me fait cheu dan l'tario ! :D
Finalement le picard ressemble au patois bourguignon !

(du boudin a la framboise... faut vite que vous partiez de cete contrée farfelue !!!)

Les Pitous a dit…

Timy =>C'est là que tu vas te marrer, mon bon Timy : la fête du boudin a lieu dans la contrée que nous voulons gagner! N'est-ce pas fou? Le dialecte normand ressemble pas mal au picard (et ce que j'ai écrit n'appartient sans doute ni à l'un, ni à l'autre); mais il a l'avantage d'être beaucoup moins vivace que son cousin du nord. En Picardie, il y a des réderies et des fêtes de la bière, et ça suffit comme ça.