01 juillet, 2007

Thébaïde

Je réponds ici à l'injonction d'Incitatus : comme l'ont fait les trois quarts de la blogosphère avant moi, je vais révéler ici 7 choses que vous ignorez sur Pitou G.

1) Quand j'étais petit, j'étais accro à la grenadine. Mon verre était à peine fini que je revenais à la charge.

2) Mon arbre généalogique comporte quelques incongruités. Qui peut se vanter de compter parmi ses aïeux un Jean Bon? Il semblerait que papa Bon ait un peu trop arrosé la naissance de son fils et fini par relever un pari ridicule (d'où le Jean Bon de Pari), au moment de la déclaration à la mairie.
Heureusement, ma lignée n'est pas que burlesque. Mon ascendance provençale s'enracine, elle, dans le patrimoine littéraire : un meunier ayant vécu à Saint Rémy au XIXème siècle, nommé Cornillon, ça ne vous rappelle vraiment rien?

3) Au chapitre des plaisirs simples, j'apprécie de faire quelques brasses sans maillot. La caresse de l'eau de mer sur la peau nue est d'une volupté sans égale. Il suffit de s'éloigner des autres baigneurs... Et si jamais un joli nageur vient à s'égarer dans votre sillage, rappelez-vous que vous n'êtes pas une torpille et laissez-vous rattraper. Au pire, il ne se rendra compte de rien, ou le feindra. Sinon, il boira la tasse sous l'effet de la surprise, ce qui est toujours marée marrant.

4) Je suis un grand naïf. Lorsque j'étais enfant, ma municipalité a organisé un lâcher de ballons : les baudruches multicolores devaient arriver au Mali pour transmettre nos coordonnées à des enfants africains.
Et je viens seulement de comprendre que c'était truqué.

5) Zola, Balzac... Je n'ai jamais lu un seul de leurs romans. Oui, je suis prof de lettres!

6) Pas de bonne confession sans récit humiliant : il y a une période dans mon enfance où j'ai résolu de me passer de sous-vêtements (c'est sans doute à mettre en rapport avec la section 3). J'avais largement sousestimé les risques d'une telle entreprise : un après-midi, je me suis coincé le prépuce dans la fermeture-éclair.
J'ai passé quelques heures à me tordre de douleur dans la salle de bain, sans pouvoir me libérer, ni demander l'aide de mes parents qui recevaient des amis pour le thé. J'ai fini par les appeler au secours, une fois leurs invités partis. Je ne me souviens pas bien des mesures qui ont été mises en oeuvre, si ce n'est que le jean a été découpé pour n'en laisser que la braguette (on fait difficilement spectacle plus ridicule qu'un sexe d'enfant au bout duquel pendouille une braguette), et qu'on a utilisé un glaçon pour apaiser le prépuce endolori. De l'huile, peut-être... on envisageait sérieusement les urgences, quand la terrible mâchoire de fer a enfin cédé.
Ce jour-là, j'ai admis les bienfaits du slip, et me suis découvert une préférence pour les jeans à boutons.

7) Pitou est le roi de la patouille, un alchimiste en puissance. Il n'est pas de mélange alimentaire que je n'ai testé (si on excepte les rares nourritures qui me débectent). Je me souviens aussi d'avoir inlassablement mélangé eau et terre au fond du jardin, sans me soucier de l'odeur suspecte de pisse de chat qui émanait de mes potions. Malaxer de la boue, je suppose que ça relève de ma nature sensuelle...

Bah finalement, il reste encore beaucoup de choses que vous ne savez pas encore sur mon compte.
Si vous trouver le lien entre le présent article et son titre, bravo.

G.

8 commentaires:

le gaucher de droite a dit…

Annonce à caractère mensonger très cher : il n'y a pas que du scoop :)

Les Pitous a dit…

C'est du scoop pour la plupart... En tout cas, ce sont des choses que je n'avais pas déjà racontées sur ce blog!

Willywalt a dit…

J'ai ri. Cruellement. Pardon.

incitatus a dit…

malaxer de la boue, je connais. maintenant j'ai grandi et me contente de pâtes à tarte. m'enfin...
merci quand même d'avoir répondu à cette demande.

Shenisha a dit…

Les 7 contre Thèbes... z'allez chercher loin, effectivement!

Les Pitous a dit…

Willywalt=> Cruel. Je suppose que c'est la grenadine qui te fait rire!

Inci=>tout à l'heure, j'ai moi aussi patouiller à pleines mains en cuisine. On ne se refait pas!

Shen=> Et la couronne d'olivier est attribuée à Shenisha!

vincent a dit…

Bonjour ! Je lis votre blogue de temps en temps. Je me décide à laisser un commentaire pour que le Pitou qui a eu un accident de braguette se sente moins seul: c'était arrivé à mon frère quand il était gamin. Le pauvre a été surnommé "pince-quéquette" pendant un bon moment ;-)

Les Pitous a dit…

Vincent=> Bienvenue parmi les parlants! Merci de me rassurer. Entre ton frère et mon ami Loïc, je sais que nous sommes au moins trois au monde à nous être pincé le bout du sifflet!