16 avril, 2007

Banana & Vanilla

Je vous préviens d'emblée, c'est une histoire à la Bambi...

Après l'Africanie, Sabybanana a écumé avec ses troupes la campagne normande (son bahut s'est revonverti en agence de voyage : classe noire, classe verte, classe rouge, demandez le programme!). Dans la ferme où ils ont atterri, une chevrette nouvellement née a été délaissée par sa môman, car la Nature sait être cruelle parfois. La petite peluche, prénommée Vanille, est souffreteuse et peine à rester sur ses pattes. Elle est vite devenue la coqueluche des enfants et de Sabybanana qui l'a nourrie au biberon chaque jour, l'a encouragée au moindre signe de progrès et s'est énormément attachée à la petite chose chancelante.


La semaine s'écoule à apprendre aux enfants ce qu'est une pomme, un arbre, une bouse (titre à souffler à Ilona Mitrecey). Au petit matin du septième jour, Sabybanana acheva son oeuvre, qu'Elle avait faite: et Elle se reposa au septième jour de toute son oeuvre, qu'Elle avait faite. Sabybanana bénit le septième jour, et Elle le sanctifia, parce qu'en ce jour Elle se reposa de toute son oeuvre qu'Elle avait créée en la faisant entendit dans la bergerie Vanille appeler plaintivement. Incapable de se tenir sur ses pattes, la tête renversée en arrière, la petite bête s'éteignit en buvant son dernier biberon dans les bras de Saby...

Lorsque les enfants arrivèrent à leur tour et demandèrent à voir Vanille, on leur mentit en disant qu'on avait dû l'emmener chez le vétérinaire. Ils rentrèrent au bagne bahut sans avoir pu faire leurs adieux à leur petite protégée. Quelques jours après, une de leurs accompagnatrices leur expliqua que Vanille était morte. Réaction très affectueuse des élèves :

"Il ne faudra pas le dire à Mme Banana, alors! Elle serait trop triste!"

Et ils ont tous tenu parole...

N.B. :La chevrette de l'image appartient aux collections du Musée National d'Athènes

1 commentaire:

Anna a dit…

C'est pas gentil de me faire chouiner. *snif*