04 juin, 2007

Cosmétique du torchon

J'ai une copine qui a la curieuse particularité d'altérer l'odeur de presque tous les parfums qu'elle essaie. Ceux que je porte s'accordent agréablement à ma peau, au point que je ne les sens plus. Il paraît que c'est signe que le parfum vous va : il se fait oublier et ne vient vous enchanter que par bouffées fugitives et discrètes. J'imagine que sentir continûment sa présence sur soi doit donner l'impression de porter un masque...

Le petit nouveau de mon harem de parfums =>
Il a le bon goût de se fondre à mon odeur =>



Enfin, j'imaginais, parce que depuis quelques jours, c'est devenu une certitude. J'ai fait l'expérience de l'odeur tenace qui vous pourrit la journée. La coupable? Une crème hydratante d'une maison très respectable qui a l'indiscutable vertu d'avoir banni les paraben de tous les produits de sa gamme. J'avais apprécié "Premières Vendanges" et "Vinopure" de la marque "unité de mesure de la persistance aromatique d'un vin" (ça ne devrait pas être trop difficile d'en découvrir le vrai nom), alors mon homme a ramené de ses dernières courses la "Pulpe Vitaminée".

Avec l'enthousiasme inconséquent d'un cobaye lobotomisé, je teste cette crème dès le lendemain matin. Sa fragrance, subtile au moment de l'application, m'évoque vaguement la pêche (de vigne?). Mis en confiance par les qualités énergisantes vantées par le tube, j'entame une journée qui s'annonce radieuse, pour me rendre compte au bout d'une demi-heure que je sens le vieux torchon humide...

Et quand vous prenez conscience d'une telle chose, sachez que vous vous traînez toute la journée comme une souillon, rêvez rance et n'aspirez plus qu'à retourner au fin fond de votre placard à balais.
Hier, cette #@/=+§* de "Pulpe vitaminée" a même transformé ce qui devait être une mignonnette série de petits bisous amoureusement donnés par mon homme en long fou-rire, de part et d'autre (parce que si vous sentez que vous fleurez bon la vieille chaussette, les autres aussi... c'est pas de la parano, hein, mais un authentique attentat à la pueur!). Le câlin s'est fini en chanson : "un chiffon-fon-fon, les petites crémounettes".

Le plus injuste dans tout ça, c'est que mon homme-pulpé-vitaminé sent, lui, gentiment la pêche! Je dois avoir une peau rebelle, tendance poubelle. A croire qu'elle en veut, elle, des paraben...

G.

7 commentaires:

Didier Goux a dit…

Bon, finalement, Madame de Véhesse a peut-être raison : je dois être un hétérosexuel mâle caricatural. Parce que, là, mes Pitous, vos histoires de crèmes et de parfums, j'ai un peu de mal à y accrocher mes wagons...

Les Pitous a dit…

Au risque de passer moi-même pour une caricature du blogger pédé défini dans vos pages, il n'y a pas de mal, de temps à autre à faire sa greluche!

madame patate a dit…

oooh mon Pitouuuuu ... T'as le même parfum que Cro-Mignoooon!

Didier Goux a dit…

Un seau d'eau (sodo) pour le tubercule !!!!!

Didier Goux a dit…

Et ma remarque n'était pas une critique : juste une constatation. Les hétéros AUSSI ont le droit de marquer leur différence...

Les Pitous a dit…

Madame Patate=> Ce n'est qu'un de mes parfums - celui que je porte le plus en ce moment; l'attrait de la nouveauté, en tout cas. Ton Cro a bon goût : ce parfum plaît beaucoup aux femmes (je me suis fait renifler avec appétit par quelques collègues récemment... Surveille bien ton Cro!

Didier=> Vous voulez rincer la patate avant de l'éplucher? Sinon, les Pitous ne sont pas vexés. J'accepte d'être caricatural de temps à autre. J'ai mes côtés clichés sur pattes (cliché du prof de lettres et du pédé... je cumule)

fiuuu a dit…

c'est bon les fragrances fruitées et legeres !